Chili Con Carnet

retour page d'accueil | Liens | Aller à la recherche

mon meilleur "j'avais oublié quelque chose, alors je suis reviendue"



Et me voilà de retour dans la pampa.

En fait, c'est déjà presque l'heure de repartir, après un mois ( et quel mois ! ) de Punta Arenas intensif.
Y'avait tout. TOUT. Ma famille d'accueil au grand complet, les amis qe j'avais laissés là, mes anciens profs, mon ancien lycée. Les chiliens, en général. 1313. Le café Inmigrante MIT les gâteaux à trois étages UNT les chocolats chauds de l'hiver patagonique. Le snowboard sauvage durant tuut le mois d'Aout. Le vent, beaucoup.


Et tout le reste, les orques'willy, les discos imbibées de reaggeton, les collégiens en uniforme, les rues tracées au cordeau, cette façon de te faire sentir que c'est aussi chez toi, ces grandes plaines bourrées de moutons, les chiens errants qui errent, la grande place, le mirador qui indique toujours 13820 km pour arriver en france, les maisons colorées, les pingouins, et les gros bonnets de laine.



Ici, on prépare le 18 avec impatience. Bon, je serai repartie, mais tant pis. Tout le monde accroche son drapeau, sa banderole, aux couleurs du chili, et vas'y que je te rajoute de la guirlande bleue, blanc, rouge, du grand condor par-ci par-là, et de la musique folklorique à t'en faire exploser les tympans. On fait ses provisions comme on préparerait un état de siège : il faut surtout pas manquer, cette année, ça va être un grand 18. Comme tous les ans, hein, soit dit en passant. Premiers ex-aequo sur la liste des activités du 18 : on mange, on boit, on danse, on s'embrasse. C'est le seul jour de l'année où on ferme l'Inmigrante, avec Noël et le jour de l'an.





Mince, on dirait qu'internet ne marche plus... c'est ça, aussi, de vivre dans un pays où 80 km/heure pour le vent, c'est une petite brise. Je croise les doigts pour que tout ne s'efface pas, et vous poste par la même occasion mes plus tendres bisous magallaniquois.
On se voit très bientôt sur le vieux continent, gardez-moi un peu de soleil
Besosss
Hortense

ma meilleure année au chili

Ben voilà, on y est : aujourd'hui j'ai envoyé ma première valise à Santiago, un petit bout de moi qui est déjà de retour.
Vous pensez sans doute que je suis triste, mais c'est même pas vrai : je suis extrêment triste.


Et extrêmement heureuse à la fois. Pour l'année que j'ai passé, les gens que j'ai connu, et tout ce que je laisse ici, comme en mode pause-pipi-je-reviens-tout-de-suite. Parce que j'ai découvert des trucs qui me font voler, qui me font rêver ( jouer "el Condor Pasa" accompagnée au charengo, papa peut dire ce qu'il veut, y'a pas mieux sur terre ), des endroits magiques ( et je parle pas seulement de Torres Del Paine, on voit que vous avez pas réveilloné au Café Inmigrante ).
Je dis pas que c'est mieux. C'est juste différent. C'est comme passer d'un col roulé à un T-shirt. Mais le col roulé, il peut aussi être 100% cachemire tu vois, j'ai pas dit que c'était un vieux col roulé pourri hein. Bon je m'emberlibouille.

Après quelques trébuchements, j'ai eu la chance de passer la moitié de l'année dans la meilleure famille qui soit. Même que si j'avais une fille et qu'elle s'appelait Consuelo et qu'elle aurait les cheveux noirs, tut exactement pas comme moi, bin je voudrais qu'elle aterrisse dans une famille tut pareil, parce que ce serait ma fifille á moi et que je voudrais le meilleur du top of the best pour elle.
Donc j'ai eu beaucoup de chance sur ce point là.
Mon amour pour Ivan, Dinka, Pablo, Sebastian, la Catalina, le Grand-père, l'oncle Jorge, les oncles Sergio et Nadia, et je ne cite qu'eux, est incommensurab'. Voilà, j'ai mis à peu près deux minutes entières à retrouver le mot "incommensurable", et encore je suis même plus sûre de bien l'employer. Comme m'a dit mon cher papa un jour au téléphone, et qui m'a fait un peu beaucoup arriver les larmouillettes aux yeux "ma fille, c'est bon tu sais plus parler français".

Mais là tu vas faire des conclusions rapides, je te connais bien, t'as tendance à pousser le bouchon un peu trop loin, maurice : tu vas peut-être penser que je suis tellement bien dans mon café Chilien que j'ai mëme plus envie de retourner à Neige-verglas-pluie-land. J'ai nommé DouceFranceCherPaysDeMonEnfance. Mais LÀ, tu te mets le doigt dans l'oeil jusqu'au coude, ou comme on dit ici "pico en el ojo", c'est moins élégant, et si vous avez fait espagnol en 5ème au lycée des Corneilles, vous comprendrez. Revenons en à nos agneaux Magallaniques à la parrillada. Je disais donc que t'es en train de tomber dans une esbrouffe purulante, mon ami, et tu penses que j'ai pas envie de rentrer dans mon bwing bw
ing pays.
Sur ce point en fait, j'ai parlé un peu vite, c'est toi qu'a raison : moi je resterai bien au pays des empanadas, et Carla Bruni elle peut se le mettre ou je pense. Mais d'un autre côté là où t'as tort, Torh, c'est que j'ai bien envie de revoir à ma grande famille chouettement francaise dans la joie et l'alégria. Attends, je dois dire qu'ils sont quand même über cool, ma famille en france. Ils m'envoient des petits mails d'encouragement, de soutien, pour que je sois pas trop kriste, et ça marche, ça maaaaaarche. Ils me repeignent les murs de ma chambre sans déchirer les posters John Galliano. Ils m'envoient des calendriers avec des petites bouteilles de vinaigrette dedans. Et des cadeaux trop trop supers pour Nowël. Même à mon petit copain, ils y pensent. Ils m'oublient pas sur la carte de voeux, et me souhaitent que m'enfin je connaisse l'inconnue du second degré.
Si c'est pas de l'amour en brique ça. Si t'as besoin d'un muret pour ton jardinet, tu sais oú je suis. Sinon aussi, j'ai un cousin qui fait des tartes à l'abricot que tu peux utiliser pour la même fonction.

Bref. Triste de m'en aller, mais contente d'arriver. Nan, je vous dis ça pour que vous pensez pas que je suis trop déprimée cette semaine, hein ptain j'ai quand même un don pour mentir, moi. Vous voulez l'anecdote croustillante ? Je me rappelle même plus de la voix francaise d'Homer Simpson. Il est temps de rentrer, les amis.
Reprendre l'avion, repasser au dessus de notre océan qu'on a en commun, vous et moi, et se retrouver, moi et vous. T'inquiètes, je ferai gaffe à boire beaucoup d'eau avant, en cas de déshydratation par les yeux.

Bon allez. On se voit un de ces jours. Merci pour tout. Tout.
Et gros bisous. Et bonne année.
Hortense




Mon meilleur Condor Pasa



Je suis de retour de mon excursion trekking au parc de Torres del Paine, avec Jaime, les lamas, les condors et autres animaux exotiques et chiliens. ( Personne d'autre, pour cause de désistement de dernière minute ).

Il est quand même impressionant, ce parc. Pas seulement parce que c'est grand, c'est naturel, et c'est plein de touristes, mais parce que c'est beau. C'est très, très, beau.
Alors après, on s'étonne pas de voir des gens du monde entier qui viennent prendre leur pied en escaladant des rochers, hein, parce que quand les rochers, c'est à Torres del Paine, ben c'est compréhensible. Les coups de soleil, les ampoules aux pieds, et les jambes fatiguées, c'est rien, rien du tout, à côté du spectacle.

Spectacle. C'est ce à quoi tu as droit dès ton arrivée en bus, quand les lamas courent à côté de la route ( bon, en faitc'est pas des lamas, c'est des Guanacos, bande d'incultes, je vous le dis pour pas que vous fassiez de boulette lors d'un éventuel exposé sur le Chili en CM2 ). Tous les condors géants qui survolent ta petite tête, les renards qui sursautent à ton passage, les oiseaux aux yeux de toutes les couleurs, les eaux bleues, bleues, bleues des grands lacs, et bien sûr, les montagnes. Un spectale spectaculaire, où que tu regardes, où que tu marches, avec en cadeau bonus, l'air pur et les cigales qui chantent.



Voilà ce qu'on voit quand on arrive par la route. Des grandes montagnes, et un peu de neige, et tu penses que chouette, ca tombe bien il fait au moins 500ºC à l'ombre, un peu de fraîcheur fera pas de mal.
Le premier jour, on est arrivés par Laguna Amarga. On a parcouru quelques 7 kilomètres de chemins poussiéreux, pour enfin arriver au Parc proprement dit, là où il y a plus de chemin, juste des arbres, des fleurs, et des Porcs-épiques ( aucune idée de si c'est bien écrit ). C'est à ce moment là qu'il faut prendre ton courage à deux mains, parce qu'il est une heure de l'après midi, qu'il y a un soleil de ouf-guedin frappant ta petite tête rousse, et que le dénivelé à monter doit être d'un mètre tous les deux mètres. Bref, t'es limite en train d'escalader avec un sac à dos qui pèse plus lourd que toi, et tu te dis que quand même, Catalina qui passe une semaine à la plage de Viña del Mar, elle a bien de la chance.
Mais bon, il n'est rien qu'un bon carré de chocolat n'arrange pas, et au bout de 4 heures d'ascencion, on arrive enfin à un point plus ou moins plat, où on trouve le petit camping où on a prévu de dormir, un cascade et des chevaux. Vous me connaissez, moi j'en demande pas plus, j'étais prête à signer un contrat à vie pour laver la vaisselle du refuge, du moment qu'on me laissait vivre à cet endroit.
Mais notre journée n'était pas terminée, il nous restait encore "la montée de la mort", ou 2 heures de grimpage de rochers. Mais sans sac à dos devant et derrière, c'est déjà beaucoup plus facile et agréable.





Et comme toujours, quand tu arrives en haut, tu te dis que ça valait la peine. Nan, mieux, tu te dis que merde, ça valait drôlement la peine de s'être limite déchiré les muscles des mollets et d'avoir le front tout ruisselant, parce qu'au final, c'est waw.


WAW

Ça, c'était les Bases des Tours ( traduction de Bases de las Torres ).Et sur la photo, ça donne rien, mais c'est enormifiquementimpressionnant. Après avoir fait une petite pause, on est même descendus jusqu'au petit lac, bien au pied de la montagne. Et croyez moi, tu te sens tout petit petit petit.

Bon, après tout ça et une bonne nuit de sommeil, est-ce qu'il est encore besoin de vous préciser que se réveiller et voir ça :

... ça fait toujours plaisir.

Le deuxième jour donc, on est partise sens inverse vers Los Cuernos, c'est à dire contourner les Tours en entier en longeant le lac Nordenskjöl, ce qui est impossible à prononcer et sonne très Norvégien ou Suédois, et m'amène à me demander pourquoi les Norvégiens s'approprient toujours le monopole des noms de lacs, même au bout du bout du monde, et empêchent les gens de raconter leur séjour touristique sans attraper une crampe à la langue.
Tiens, je suis une bonne âme, je vous ai même fait une petite carte avec, en rouge, ce qu'on a fait le premier jour, et en bleu, ce qu'on a fait le deuxième jour. Et le troisième jour, on a tout fait dans le sens inverse, jusuq'à Laguna Amarga.


Oui, alors là je sais, ça a l'air facile comme ça, mais je voudrais vous rappeller, au cas ou vous n'auriez pas été bien attentif en CE2, que c'est une carte, et que sur les cartes, petit un il y a une échelle, ce qui fait que les choses ont l'air plus petite, et petit deux, il n'y a pas écrit toutesles montées et les descentes que tu dois te farcir pour arriver à ton but. En gros, tu regardes la carte et tu dis "ouaiiiis c'est à côté d'un lac ça doit etre tout plat". Alors là, excusez-moi d'avance, mais :
mon cul !

Voilà, après cette petite parenthèse finnesse et bon goût près de chez vous, je vous invite à regardez ces quelques photos prises avec mon nouveau petit appareil photo moche que j'adore.















Voili voilou, avant de terminer je vais aussi crier au scandale et dire que les touristes français sont, la plupart du temps, les plus relous, les plus beaufs, et les plus jetteurs de papiers. Et puis je pourrais aussi vous délivrer ma petite analyse par pays, et vous dire que les Américains sont les mieux equipés en technologie, ils trimballent tute leur station météo avec eux, les gadgets couteaux suisses, les sacs à dos avec sortie d'air et les chaussures qui respirent. Les Allemands, eux, sont champions dans le dévalisage de Nature et Decouverte, le concert de coton bio-reciclé-éthiquable, le festival de zénobis, de sarouel et de keffieh, et de tout ce qui sonne un peu Oriental et donne l'air bien cool. Les Anglais rigolent pas, ils emmènent leurs enfants avec eux et leur font porter la moitié de la charge, tu crois quand même pa que c'est parce que t'as 9 ans que tu vas t'en tirer avec ton sac à dos Dora l'Exploratrice.

J'ai encore beaucoup d'autre photos, vidéos, et Jaime pareil,alors attendez-vous à un bombardement sur le blog ces jours-ci.
Gros bisous
Votre toute dorée et moulue

Hortense





P.S :
et dire qu'il y a encore peu de temps j'avais du mal à traverser le pont de Port Bourgenay :)

Mes meilleures ombres chinoises





Rien à voir avec le chili, mais c'est quand même très beau.

P.S : DEUXIEME PRIX AU CHAMPIONNAT DE POM-POM-GIRLS :D

Mon meilleur DT de maths



C'est la première ( et sûrement la dernière ) fois que je passe une épreuve de maths avec un militaire qui surveille dans la salle.

A part ça, la PSU c'etait tout relax : Histoire-Géo, bof-bof, mais ça on pouvait s'en douter. En "lenguaje" ( c'est comme litérature, mais en espagnol ), plutôt bien, je suis contente de ce que j'ai répondu. Et en Maths, je veux pas crier victoire avant d'avoir tué l'Ours de Jean-jacques Annaud, mais je crois bien que j'ai trop géré la race de son pinguouin, et qu'avec un peu de chance et l'aide du dieu des Mi-Cho-Ko tout puissant, j'arriverais aux 700 points.

Peut-être même que je passerai dans le journal, ( vu qu'ils m'aiment bien apparement ), pour être la seule étrangère à avoir passé le Bac Chilien cette année ( dans ma région en tout cas ).

En tout cas c'était génial de recevoir des petits mots d'encouragement de tout le monde, des mails, des commentaires sur mon blog. Merci.

J'ai beaucoup de mal à réaliser qu'on est déjà en Décembre, parce qu'il commence à faire chaud ici ( même si tout reste relativement relatif ). Et voir par les fenêtres des sapins clignotants et des chaussettes rouges suspendues, quand il y a du soleil jusqu'à 11heures du soir, quand tu te promènes en T-shirt dans la rue, et surtout quand tu es en vacances d'été, ça laisse toujour une impression très bizarre. Sans blague. C'est l'impression d'être dans un rêve absurde, où tout se mélange, le coca-cola qui rafraichit et le vieux Père Noël rougeonnant, les jupes lègères et les boules de plastique avec de la neige dedans, le soleil et les cadeaux.
C'est des choses qui vont pas ensemble naturellement, dans ma tête. Ce serait comme une soupe de potimaron en plein mois de juillet.


Le plus rigolo, dans ce décalage de saisons, de cultures, et de températures, c'est la tête de ma mère d'accueil quand je lui explique le gavage des oies, objectif foie gras oblige.

Chao à tous. Merci pour tout, pour continuer à être toujours là, infailliblement.
Et bon hiver.
Hortense

Ma meilleure "licenciatura"




Oui, parce que ce que j'ai oublié de préciser, c'est qu'avant la fiesta ouf-guedin de licenciature, il y a LA licenciature.




( La deuxième, de la deuxième rangée, en partant de la gauche )


( et je remets ça pour la licenciature des gnomes qui sortent de l'école primaire et entrent au collège, ce vendredi... nan si ça continue je vais lancer un forfait "animation musicale de licenciature" )



Gros bisous à tous.
Rappel : PSU le 1 et 2 Décembre. Croisage de doigts obligatoire.

ma meilleure "fiesta de licenciatura"

Avant :



Pendant :



Après:


( c'est un rat en plastique )

Mon meilleur (?) bachotage



mon meilleur dernier jour de classe




Bon ... si vous êtes gentils et que vous promettez de pas vous moquer, je vous raconte mon dernier jour de classe.
Mais je veux pas de sarcasme sur le fait que ça puisse faire cucul ou niais. Ça c'est passé comme ça, un point c'est tout.

J'étais sûre et certaine que j'allais pas pleurer. C'est quoi cette histoire de pleurer pour la sortie du lycée ? Du jamais vû. Et puis les profs, on les revoit jeudi, et puis les amis, on les revoit pendant les vacances, pas de quoi déclencher une nouvelle crise économique.
Mais bon, Vladan m'a remis sa "carte de licenciature" à huit heures du matin, et paf, ça a fait des chocapic, tellement que le T-shirt de Daddy Yankee après avoir tourné son clip "Burning Out", niveau humidité, m'arrive même pas à la cheville tellement je pleurais. Le même genre de crise larmistique qui m'a assaillie quand j'ai vû Shakespeare in Love, ou quand est mort Henri Salvador.
Et de là, ça n'a pas arrêté. Par chance, j'étais pas la seule, toute la classe était faite merde, même les garçons, quand on a écouté les "discours" d'au revoir de chacun. Et quand les Premières sont venus nous dire au revoir. Puis les profs. Et puis tout d'un coup il était déjà l'heure de partir, avec 4 litres d'eau en moins dans le corps et les yeux comme après un bain de menthol.
Et sont venus nous chercher les parents. Avec la tradition, que je ne connaissais pas, d'apporter un objet symbole de l'enfance, qui est desormais terminée, et blablabla toute l'histoire de devenir adulte et tout. Bon, je sais. C'est cucul, c'est gnan-gnan, les pralines, etc... Mais c'était vraiment émouvant de sortir du lycée et de me retrouver nez-à-nez avec Musti. Idée de mes "autres" parents, et mon "autre" soeur.
Vraiment touchant, tout ça, tu te sens triste parce que tu laisses derrière toi ta meilleure année de Lycée, et aussi des amis que tu reverras peut-être jamais, tu te sens quand même heureux, parce que bon, c'est les vacances, et puis tu te sens entouré, parce que ta famille d'acceuil peut te faire un câlin pour te consoler. Et quand je suis rentrée à la maison, il y avait un colis rempli de bonbons et chocolats sur mon bureau. Et une lettre avec des nouvelles et des bisous dedans. Trop génial. Et comme après il y avait répétition de Licenciature ( saviez-vous que je vais accompagner la classe qui chante, à la flûte ? ), j'ai pû faire découvrir les kinder bueno à mes amis ( TROP BOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON FACHI ! ).

Le top de la journée émouvante. le number one au top 50 des histoires larmoyantes. Le gagnant toutes catégories du cucul la praline.
Mais quand même, c'est bien.




Paye tes yeux rouges et maquillage qui a coulé.


prochain épisode : la licenciatura
Gros bisous Hortense

mes meilleures photos ... prises par d'autres

Parce que il y a quand même d'autres personnes qui ont un appareil photo, je peux vous poster ces quelques photos.

Pour l'anniversaire du lycée, on a fait pleiiiiiiiiiiiins d'activités. Nottament un jour costumé( ca faisait gagner des points à l'équipe ). Moi, je suis en Carla Bruni. Sans commentaires, a propos de l'éventuelle différence de mensurations.





Si ça se voit pas, j'étai dans l'équipe bleue. On a gagné à la fin !! Yes, we can.

Quelques unes des filles à la fiesta de gala. Et moi.

La photo "avec les vestes des pololos".





La photo de classe ! ( ce n'est pas notre cour de récré ).

Moi + Maka + Jaime. Le trio gagnant.