C'est la première ( et sûrement la dernière ) fois que je passe une épreuve de maths avec un militaire qui surveille dans la salle.

A part ça, la PSU c'etait tout relax : Histoire-Géo, bof-bof, mais ça on pouvait s'en douter. En "lenguaje" ( c'est comme litérature, mais en espagnol ), plutôt bien, je suis contente de ce que j'ai répondu. Et en Maths, je veux pas crier victoire avant d'avoir tué l'Ours de Jean-jacques Annaud, mais je crois bien que j'ai trop géré la race de son pinguouin, et qu'avec un peu de chance et l'aide du dieu des Mi-Cho-Ko tout puissant, j'arriverais aux 700 points.

Peut-être même que je passerai dans le journal, ( vu qu'ils m'aiment bien apparement ), pour être la seule étrangère à avoir passé le Bac Chilien cette année ( dans ma région en tout cas ).

En tout cas c'était génial de recevoir des petits mots d'encouragement de tout le monde, des mails, des commentaires sur mon blog. Merci.

J'ai beaucoup de mal à réaliser qu'on est déjà en Décembre, parce qu'il commence à faire chaud ici ( même si tout reste relativement relatif ). Et voir par les fenêtres des sapins clignotants et des chaussettes rouges suspendues, quand il y a du soleil jusqu'à 11heures du soir, quand tu te promènes en T-shirt dans la rue, et surtout quand tu es en vacances d'été, ça laisse toujour une impression très bizarre. Sans blague. C'est l'impression d'être dans un rêve absurde, où tout se mélange, le coca-cola qui rafraichit et le vieux Père Noël rougeonnant, les jupes lègères et les boules de plastique avec de la neige dedans, le soleil et les cadeaux.
C'est des choses qui vont pas ensemble naturellement, dans ma tête. Ce serait comme une soupe de potimaron en plein mois de juillet.


Le plus rigolo, dans ce décalage de saisons, de cultures, et de températures, c'est la tête de ma mère d'accueil quand je lui explique le gavage des oies, objectif foie gras oblige.

Chao à tous. Merci pour tout, pour continuer à être toujours là, infailliblement.
Et bon hiver.
Hortense