Ben voilà, on y est : aujourd'hui j'ai envoyé ma première valise à Santiago, un petit bout de moi qui est déjà de retour.
Vous pensez sans doute que je suis triste, mais c'est même pas vrai : je suis extrêment triste.


Et extrêmement heureuse à la fois. Pour l'année que j'ai passé, les gens que j'ai connu, et tout ce que je laisse ici, comme en mode pause-pipi-je-reviens-tout-de-suite. Parce que j'ai découvert des trucs qui me font voler, qui me font rêver ( jouer "el Condor Pasa" accompagnée au charengo, papa peut dire ce qu'il veut, y'a pas mieux sur terre ), des endroits magiques ( et je parle pas seulement de Torres Del Paine, on voit que vous avez pas réveilloné au Café Inmigrante ).
Je dis pas que c'est mieux. C'est juste différent. C'est comme passer d'un col roulé à un T-shirt. Mais le col roulé, il peut aussi être 100% cachemire tu vois, j'ai pas dit que c'était un vieux col roulé pourri hein. Bon je m'emberlibouille.

Après quelques trébuchements, j'ai eu la chance de passer la moitié de l'année dans la meilleure famille qui soit. Même que si j'avais une fille et qu'elle s'appelait Consuelo et qu'elle aurait les cheveux noirs, tut exactement pas comme moi, bin je voudrais qu'elle aterrisse dans une famille tut pareil, parce que ce serait ma fifille á moi et que je voudrais le meilleur du top of the best pour elle.
Donc j'ai eu beaucoup de chance sur ce point là.
Mon amour pour Ivan, Dinka, Pablo, Sebastian, la Catalina, le Grand-père, l'oncle Jorge, les oncles Sergio et Nadia, et je ne cite qu'eux, est incommensurab'. Voilà, j'ai mis à peu près deux minutes entières à retrouver le mot "incommensurable", et encore je suis même plus sûre de bien l'employer. Comme m'a dit mon cher papa un jour au téléphone, et qui m'a fait un peu beaucoup arriver les larmouillettes aux yeux "ma fille, c'est bon tu sais plus parler français".

Mais là tu vas faire des conclusions rapides, je te connais bien, t'as tendance à pousser le bouchon un peu trop loin, maurice : tu vas peut-être penser que je suis tellement bien dans mon café Chilien que j'ai mëme plus envie de retourner à Neige-verglas-pluie-land. J'ai nommé DouceFranceCherPaysDeMonEnfance. Mais LÀ, tu te mets le doigt dans l'oeil jusqu'au coude, ou comme on dit ici "pico en el ojo", c'est moins élégant, et si vous avez fait espagnol en 5ème au lycée des Corneilles, vous comprendrez. Revenons en à nos agneaux Magallaniques à la parrillada. Je disais donc que t'es en train de tomber dans une esbrouffe purulante, mon ami, et tu penses que j'ai pas envie de rentrer dans mon bwing bw
ing pays.
Sur ce point en fait, j'ai parlé un peu vite, c'est toi qu'a raison : moi je resterai bien au pays des empanadas, et Carla Bruni elle peut se le mettre ou je pense. Mais d'un autre côté là où t'as tort, Torh, c'est que j'ai bien envie de revoir à ma grande famille chouettement francaise dans la joie et l'alégria. Attends, je dois dire qu'ils sont quand même über cool, ma famille en france. Ils m'envoient des petits mails d'encouragement, de soutien, pour que je sois pas trop kriste, et ça marche, ça maaaaaarche. Ils me repeignent les murs de ma chambre sans déchirer les posters John Galliano. Ils m'envoient des calendriers avec des petites bouteilles de vinaigrette dedans. Et des cadeaux trop trop supers pour Nowël. Même à mon petit copain, ils y pensent. Ils m'oublient pas sur la carte de voeux, et me souhaitent que m'enfin je connaisse l'inconnue du second degré.
Si c'est pas de l'amour en brique ça. Si t'as besoin d'un muret pour ton jardinet, tu sais oú je suis. Sinon aussi, j'ai un cousin qui fait des tartes à l'abricot que tu peux utiliser pour la même fonction.

Bref. Triste de m'en aller, mais contente d'arriver. Nan, je vous dis ça pour que vous pensez pas que je suis trop déprimée cette semaine, hein ptain j'ai quand même un don pour mentir, moi. Vous voulez l'anecdote croustillante ? Je me rappelle même plus de la voix francaise d'Homer Simpson. Il est temps de rentrer, les amis.
Reprendre l'avion, repasser au dessus de notre océan qu'on a en commun, vous et moi, et se retrouver, moi et vous. T'inquiètes, je ferai gaffe à boire beaucoup d'eau avant, en cas de déshydratation par les yeux.

Bon allez. On se voit un de ces jours. Merci pour tout. Tout.
Et gros bisous. Et bonne année.
Hortense